Situé dans la vielle ville, sur le canal du Thiou, le monument le plus photographié d’Annecy avait besoin d’un bon relifting. Nous avons eu la chance d’entrer dans les coulisses de la restauration du Palais de l’Ile. Suivez le guide…

Des travaux « indispensables » pour un monument incontournable

Sujets au vertige s’abstenir ! Notre visite débute par l’ascension de l’impressionnant échafaudage par un escalier intérieur. Au sommet des marches, l’imposante toiture du bâtiment se dévoile. La charpente du monument historique menaçait de s’effondrer, « la restauration était donc urgente et indispensable » nous explique Yann Bazin, animateur de l’architecture et du patrimoine de l’agglomération d’Annecy.

Construit entre le 12ème et le 16ème siècle, l’édifice aussi appelé « Vieilles prisons » a eu différents rôles au cours de son histoire. D’abord utilisé comme lieu d’incarcération, il se transforme en atelier monétaire avant d’accueillir, à la fin du 16e siècle, des chambres de justice et de prendre le nom de Palais de l’Ile. Il abrite par la suite un asile de vieillards jusqu’à la fin du 19ème siècle. Classé monument historique en 1900, il a depuis été restauré plusieurs fois.

Préserver l’ancien pour le transmettre aux générations suivantes

Si le Palais de l’Ile a fait l’objet au cours de son histoire de nombreuses reconstructions, certaines pièces, notamment de la charpente, sont d’origine. L’idée des travaux, entamés en juin 2016, était de conserver l’authenticité mais aussi de pouvoir transmettre aux générations futures un monument en bon état. « Le travail de restauration de l’édifice ne doit pas effacer les belles traces de son âge » indique Y. Bazin. Les déformations, discontinuités et autres irrégularités de la toiture ont ainsi été conservées.

La rénovation de la charpente et des couvertures en tuiles a aussi été l’occasion d’un grand nettoyage des façades. Vous découvrirez donc cet été un bâtiment reluisant qui n’a pas pour autant fait complètement peau neuve. « En France, la restauration de monuments historiques répond à certaines règles : il faut conserver au maximum les pièces anciennes et les remplacer par des éléments neufs uniquement quand cela est nécessaire » précise Y. Bazin.

Une main d’œuvre qualifiée et des matériaux de qualité 

Pour un tel chantier, si les techniques de rénovation correspondent à des critères bien précis, la main d’œuvre et les matériaux ne sont pas non plus choisis au hasard. Avant le démarrage des travaux, des archéologues ont analysé la construction. Leur rapport a servi à guider le travail des charpentiers notamment. Peu nombreux, les ouvriers sont pour la plupart issus des compagnons du Tour de France et disposent d’un savoir-faire « exceptionnel » d’après Yann Bazin. Toutes les entreprises intervenantes sur le chantier sont agréées par l’Etat et spécialisées dans la restauration de monuments historiques. Pour le ravalement des façades, une entreprise de maçonnerie également agréé a été sélectionnée. Elle a procédé au nettoyage des murs et à la re-confection des joints en mortier.

Les matériaux ont eux aussi été choisi avec soin. Toutes les anciennes tuiles du Palais de l’Ile ont été retirées et remplacées par près de 50 000 nouvelles tuiles confectionnées par une entreprise de la région de Lyon labellisée « patrimoine vivant ». Créée en 1740, la société Blache fabrique des tuiles sur mesure pour la restauration de monuments historiques prestigieux. Elle a par exemple été choisie pour approvisionner le chantier des Hospices de Beaunes.

Concernant la charpente, la qualité du bois était primordiale pour garantir la durabilité de la construction. Les charpentiers se sont approvisionnés en bois de sapin dans le Jura. Le travail d’acheminement a été fastidieux puisqu’il a fallu transporter des poutres de onze mètres de long jusqu’au chantier. A l’origine la charpente était déjà construite avec du bois de sapin, un bois présent en abondance dans la région.

3 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *