RB

Qui dit janvier, dit paddle !

Ce matin, je brave le froid et les – 4° (hé oui, le soleil est encore caché derrière les montagnes) pour me rendre à Talloires-Montmin. La 6ème édition de la Glagla Race va débuter dans quelques minutes, au départ de la plage municipale.

Bien que le stand up paddle soit une glisse qui nous évoque chaleur et îles Polynésiennes, c’est bien au lac d’Annecy et au cœur de l’hiver qu’a lieu l’une des trois plus importantes compétitions de la discipline. Cette course est même devenue une étape incontournable du circuit mondial The Paddle League et de l’Alpine Lakes Tour (championnat de stand up paddle dans les Alpes, entre France, Suisse et Italie).

Derniers échauffements avant le départ de la Glagla Race

La Glagla Race se court sur les eaux cristallines du lac d’Annecy, avec les montagnes enneigées en toile de fond. L’eau est à 5°. On est loin des images classiques des compétitions organisées en Californie ou à Hawaï, sur des plages de sable blanc bordées de cocotiers.

Mais depuis 2014 et la 1ère édition, la petite Glagla Race, initiée et organisée par Benoît Mouren, est devenue une étape majeure et LA course à faire pour tous les amateurs de stand up paddle de tous niveaux. Ils peuvent s’affronter ou se challenger sur deux formats de course différents (6km ou 14km).

Cette année, 550 paddlers d’une vingtaine de pays ont bravé les 6° ambiants du matin, pour avoir le privilège de glisser sur une eau transparente et sous un soleil magnifique. Cette course unique réussit le tour de force de rassembler les meilleurs professionnels mondiaux et les pratiquants loisir pour qui c’est souvent la 1ère compétition à laquelle ils participent. Certains sont là pour la compétition pure, d’autres sont là pour le challenge personnel ou pour le paysage magnifique. Chacun a son propre leitmotiv, mais ils sont tous animés par la passion commune de la glisse en toute liberté et le respect de l’environnement dans lequel ils évoluent.

C’est ainsi que je croise des centaines de concurrents habillés en mode combinaisons, bonnets et gants : ça change du maillot de bain de l’été ! Sur le village éphémère, une atmosphère détendue règne avec des échauffements, des tests de matériel, le sauna et l’ambiance musicale… Tous les athlètes discutent et échangent : c’est une grande famille de 9 à 65 ans…

Préparatifs d’avant course

Les meilleurs réalisent la course longue distance en environ 1h30 et la courte distance en 40-45 minutes. Les plus « relax » en profitent pour admirer le Château de Duingt et le Taillefer, les falaises du Roc de Chère ou la Tournette enneigée… Chacun à son rythme, l’essentiel étant de terminer et si possible de ne pas tomber à l’eau.

La beauté est partout

A l’arrivée, je ne vois que des sourires et de la bonne humeur, chacun étant satisfait d’avoir atteint son objectif. La plupart des participants sont déjà chauds pour revenir en 2020 !

Alors, qui succédera à Ludovic Teulade (FR) et Sonni Hönscheid (ALL), vainqueurs sur la longue distance et à Laurent Guyout (FR) et Saskia Bolay Piu (SUI) vainqueurs sur la courte distance ? Qui relèvera le défi de la 7ème édition de la Glagla Race… ?

Objectif janvier 2020

Alors, prêt pour la prochaine Glagla Race, le 18 janvier 2020 ?

Mais rassurez-vous… vous n’êtes pas obligés de faire du stand up paddle en plein hiver, ni d’attendre 2020. Pour les plus frileux, patientez juste jusqu’aux beaux jours et venez glisser sur les eaux réchauffées du lac d’Annecy !

Côté pratique :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *